Utilisation

Avantages

 

Le lombricompost est source de bienfaits pour les sols. Il augmente la capacitĂ© Ă  conserver l’humiditĂ© et Ă  retenir les Ă©lĂ©ments nutritifs en amĂ©liorant la structure du sol et en augmentant l’activitĂ© microbienne. Il s’utilise toute l’annĂ©e pour : les semis, les plantations, le rempotage, l’entretien… Le lombricompost est le meilleur et le plus naturel des fertilisants organiques.

 

039

Haricots verts Fortex. DĂ©jĂ  2 m de haut Ă  mi-juillet. Et quelle production !!

Haricots verts Fortex. DĂ©jĂ  2 m de haut Ă  mi-juillet. Et quelle production !!

  • ÉlĂ©ments nutritifs ;

Le lombricompost est riche en nitrate (la forme d’azote la plus assimilable par les végétaux). Les teneurs en acide phosphorique, potassium, soufre et magnésium sont accrus par le lombricompostage. Suivant les études menées par les chercheurs « Atiyeh et Coll » en 2000, le lombricompost, mieux que le compost classique, est directement assimilable par les végétaux.

  • Microorganismes bĂ©nĂ©fiques ;

Des chercheurs de l’UniversitĂ© d’Ohio et le Dr Clive Edwards ont dĂ©montrĂ© que le lombricompost bĂ©nĂ©ficie de micro-organismes plus aptes Ă  transformer les Ă©lĂ©ments nutritifs et Ă  les rendre plus assimilables par les vĂ©gĂ©taux.

  • Stimulation de la croissance des vĂ©gĂ©taux ;

Utilisé comme amendement, le lombricompost améliore la germination, la croissance des végétaux, et le développement des semis. L’apport bénéfique maximum du lombricompost est obtenu à des proportions de 10 à 40 % du substrat de culture ou terreau.

Les légumes et les fruits deviennent plus riches en chlorophylle, vitamine C, protéines et acides aminés.

La libération lente des minéraux dans le sol permet une alimentation sur toute la période de croissance.

Quel beau panier de légumes d'été

Quel beau panier de lĂ©gumes d’Ă©tĂ©

Quelle belle grappe, et joli dégradé de couleurs !

Quelle belle grappe, et joli dégradé de couleurs ! Et bien sûr elles ont poussé avec du lombricompost chez Laurence et Daniel !

  • RĂ©sistance aux maladies ;

On a pu aussi observer que le lombricompost a la capacité de repousser certains insectes nuisibles (pucerons, cochenilles, tétranyques). Ce serait dû à la production de chitinase par les vers, une enzyme qui détruit la chitine de l’exosquelette des insectes.

  • Ne brĂ»le pas les racines ;
  • Aère et rĂ©gĂ©nère les sols usĂ©s et appauvris ;
  • pH neutre ;
  • Peut ĂŞtre utilisĂ© en agriculture biologique (norme NFU 44-051, conformĂ©ment au règlement CE834/2007) – http://www.ecocert.com
  • Produit sans odeur ;
  • Se substitue aux engrais chimiques.

Dosages

 

  • Semis : Tomates, potirons, salades, radis, etc…. : directement dans le lombricompost pur.
  • Jardinières : MĂ©langer 1/3 de lombricompost et 2/3 de terre.
  • Repiquage : 1 Ă  2 poignĂ©es par plant.
  • Plantation : 1 Ă  3 kg par arbuste selon la taille.
  • Potager : Compter environ 1 kg/m2/an, Ă  rĂ©partir Ă  chaque nouvelle mise en culture. Enfouir par griffage dans les 10 premiers centimètres de terre.
  • Agriculture : 1,5 Ă  3 tonnes par hectare.

 

PrĂ©conisation d’utilisation en jardin potager

 

Nous conseillons d’apporter le lombricompost en plusieurs fois sur l’année :

  • A l’automne : 300 Ă  400 g/m2 afin d’enrichir la terre et de faciliter la dĂ©gradation des rĂ©sidus enfouis, en l’incorporant par griffage dans les premiers centimètres de la terre.

 

  • En pĂ©riode de culture : apporter le lombricompost Ă  chaque plantation ou semis. Dans les trous de plantation, en mĂ©lange à  la terre, afin que les racines soient en contact direct avec le lombricompost pour favoriser le dĂ©marrage de la plante. Pour les semis, en mĂ©lange Ă  la terre dans les 2 Ă  3 premiers centimètres.

 

  • Quelles quantitĂ©s : Cela dĂ©pend des besoins des plantes en Ă©lĂ©ments nutritifs.

 

  • Les plants Ă  fort besoin peuvent supporter jusqu’à 3 kg/m2 (artichauts, cĂ©leris, poireaux, cucurbitacĂ©es, poivrons, aubergines, tomates, pommes de terre….).

 

  • Les plantes au besoin moyen peuvent supporter de 1 Ă  3 kg/m2 (asperges, betteraves, carottes, Ă©pinards, laitues, persil, petits pois, choux…..).

 

  • Les plantes Ă  faible besoin peuvent supporter de 0,5 Ă  1 kg/m2 (plantes aromatiques, ail, Ă©chalotes, oignons, mâche, cresson, endives, fèves, navets, radis…)

 

  • Jardinières : Un bon mĂ©lange est constituĂ© de 1/3 de lombricompost, 1/3 de terre, et 1/3 de sable. Si vous utilisez des jardinières de l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente, vous rajoutez 20 % maximum de lombricompost Ă  la quantitĂ© de l’ancienne terre, en l’incorporant par griffage. Vous pouvez aussi l’utiliser pour vos plantes d’intĂ©rieur, de la mĂŞme façon.

Composition

 

(D’après analyse Norme NFU 44-051)

Matière sèche : 54,5 %*

Azote totale : 1,12 %*

Matière organique : 22,2 %*

Phosphore : 0,8 %*

Potassium : 0,7 %*

Magnésium : 0,8 %*

Rapport C/N : 11,5

* En pourcentage du produit brut